top of page
  • Photo du rédacteurCamille

Suis-je toujours une wedding-planner écoresponsable (ou : pourquoi je parle moins du mariage écologique et éthique) ?

En lisant il y a quelques jours un post Instagram de l’agence d'organisation de mariages écoresponsable Les Histoires Naturelles, tenue par ma consœur wedding-planner bordelaise Sophie, je me suis aperçue que je ne parle presque plus d’écologie ici.


Pourtant, c’était mon principal sujet d’inspiration à mon lancement en 2019 lorsque j’écrivais des conseils sur le blog et partageais mes astuces pour un mariage écoresponsable sur les réseaux!


Que se passe-t-il ? Mon engagement a-t-il changé ? Non, bien au contraire. C'est aujourd’hui, justement, que je suis plus que jamais consciente de l’importance des enjeux écologiques et de continuer de faire évoluer le secteur du mariage et de l’événementiel.


Alors pourquoi j’en parle moins (voire, quasi-plus) ? Les raisons sont multiples : le sentiment que tout a déjà été dit (alors qu’en fait, loin s’en faut), qu’on touche aux limites du sujet et surtout, d’une certaine hypocrisie globale (comprendre : principalement politique)… Si le sujet vous intéresse, je vous propose donc un petit état de mes réflexions actuelles – en essayant de ne pas (trop) m’emporter, car la flamme de l’éco-sensibilité brûle toujours aussi fort en moi,  mais je ne promets rien !


Stand de wedding-planner écoresponsable et officiante de cérémonie laïque
Qui pourrait deviner comme ça qu'un cœur révolté bat sous cet air bien calme ? ;)

Stand de Quorum au salon alternatif "L'Atelier Wedding Nantes" 2023


L’importance des petits gestes individuels… mais pas que


Ça me fait mal de l’admettre, mais pour le dire simplement : des fois, je me demande un peu à quoi ça sert d’inciter les futurs mariés à choisir des traiteurs écoresponsables pendant que le monde reste un énorme buffet de fast-food.


Oui, les citoyens (ou les consommateurs, en fonction de comment on se positionne) ont un impact non négligeable sur la maîtrise du réchauffement climatique et en particulier, la baisse de l’empreinte carbone : 20% du total peut dépendre des actions individuelles. Et oui, sensibiliser fait partie des actes que je peux accomplir avec Quorum, car beaucoup de gens ne mesurent pas encore réellement l’impact d’un événement tel qu’un mariage sur l’environnement.


Mais attention à bien raconter la fable du Colibri jusqu’au bout : admirablement, l’oiseau minuscule se lance de toutes ses forces dans la bataille contre le feu, goutte à goutte, sans jamais se décourager… et puis à la fin, il en meurt d’épuisement et l’incendie, lui, brûle toujours. Admirable, donc, autant que vain.


La morale de cette histoire n’est donc pas qu’un individu peut faire la différence à lui tout seul, mais bien que TOUT LE MONDE doit faire sa part


Car ce que dit aussi cette statistique, c’est que 20%, certes, ce n'est pas négligeable, mais aussi que 80% de la responsabilité est portée par les gouvernements et les entreprises… Or, ceux-ci ne sont clairement pas à la hauteur des enjeux, la France ergotant toujours sur l’arrêt des pailles en plastique d’ici 2040 et tirant des prévisions radieuses pour le secteur de l’aviation à la même échéance…


A mes yeux, l’accent mis sur la responsabilité des citoyens ressemble donc trop souvent à un prétexte à oublier la responsabilité des plus puissants. Et j’admets que parfois, je suis découragée de continuer à transmettre mes conseils et des astuces pour un mariage écologique, certes valables, mais qui me semblent bien dérisoires dans cette balance.


Comme vous, peut-être, quand le spot télé vous rappelle d’éteindre vos multiprises la nuit tandis que les vitrines des magasins restent allumées H24…


Séance de méditation guidée - team-building

Séance de méditation guidée proposée aux participants professionnels par Birds Event lors de la journée portes ouvertes de l'ASSOCEM Pays-de-la-Loire 2023


Le greenwashing toujours sur le devant de la scène


L’autre raison principale, c’est la désagréable impression de faire du sur-place.


A l’heure actuelle, les fleurs séchées, les totes-bags, les éco-cups, etc. ont toujours le vent en poupe ; pour autant, elles ne sont toujours pas des alternatives écologiques. Pas plus qu’il y a 5 années, déjà, quand j’avais publié un article dédié aux fausses bonnes idées pour un mariage écologique !


Car moi aussi j’y ai cru, moi aussi j’ai trouvé ça génial, et moi aussi j’ai réalisé avec amertume qu’en fait, la plupart de ces trucs-là, c’était de la poudre aux yeux. Au pire du green-washing, au mieux de la naïveté.


Et je croyais que désormais, dans le milieu, tout le monde avait compris ça.


Pourtant… en novembre 2023, lors d’un séminaire professionnel, j’ai encore écouté de sémillants entrepreneurs présenter en conférence à des dizaines de wedding-planners expérimenté.e.s (voire spécialistes du sujet) toute une série d’idées plus absurdes les unes que les autres, parmi lesquelles resservir les restes du repas au brunch du lendemain (miam, la chaîne du froid !) ou penser à utiliser les fleurs de son bouquet pour fabriquer une teinture végétale - des fois que vous auriez un foulard en soie sous la main et pas d’idée de comment le teindre (sic), c’est vrai que ça arrive souvent.


Lunaire.


Alors que pendant ce temps, presque personne ne met en avant le principal levier pour alléger le bilan carbone d’un mariage, c’est-à-dire le transport. Quand je dis principal, je veux dire que ce point représente plus de 50% du total. Voilà : ça signifie que vous pourrez mettre ensuite toute la nourriture bio, les fleurs françaises et la vaisselle chinée que vous voudrez, si vous faites traverser le pays à vos invités chacun dans sa voiture individuelle, le bilan carbone est cramé. L’idéal, ce sont les petites distances et les transports en commun.


Et ça fait mal.


Car vous savez quoi ? Moi aussi, je trouve ça plus beau d’arriver sur un lieu par une allée de cèdres que via un quai de gare SNCF. Rien ne semble pouvoir rivaliser avec le charme des domaines isolés à la campagne, le luxe des châteaux à la Française et l’authenticité des fermes rénovées - alors que la majorité d’entre nous n’est ni châtelain, ni paysan, et réside en ville.


Pourtant, excusez-moi mais, la beauté de cet édito mariage en plein cœur d'Angers réalisé en mars 2020 (le reportage complet est sur le blog) !



Evidemment, depuis le départ, point de green-washing chez Quorum ! Mais aujourd'hui, quel constat d'échec cuisant d'admettre que même cet aspect qui semble pourtant évident doit encore rester un point de vigilance ; et quelle tristesse d'admettre que les initiatives légitimes, elles, ne pèsent pas suffisamment lourd dans la balance tant qu'on ne remet pas en question profondément nos aspirations et nos schémas, y compris bucoliques.


Alors qu’est-ce qu’on fait ? Je ne sais pas. Je ne veux culpabiliser personne (cf. point précédent sur l’importance des « gestes individuels »), je ne veux pas non plus que l’écologie soit vécue comme un sacrifice, un renoncement.


Et je me sens souvent bloquée, et pas 100% légitime à en remettre une couche sur l’urgence ou sur les petites initiatives alternatives tout en avançant, avec la masse, au ralenti.


C’est une des raisons d’ailleurs pour lesquelles le podcast est au point mort, alors que j’ai deux entretiens enregistrés depuis plus d’un an avec Ma Cantine Buissonnière et La Demeure du Pont : est-ce bien utile de continuer à vous parler des traiteurs, des fleuristes, des créateurs de robes et d'alliances écoresponsables, etc. alors que là encore, ils représentent une part non-négligeable du bilan du mariage... mais pas la principale ?

 

Alors je fais quoi ?


Pendant que ça turbine toujours autant dans ma tête, mais que je communique moins sur le blog et sur les réseaux… je n’ai pas arrêté mon engagement écoresponsable.


Je continue de m’informer.


Je continue d’accompagner au mieux les futurs mariés éco-sensibles, ceux qui, comme moi refusent les œillères tout en sachant qu’ils ne tiennent pas complètement les rênes.


Je fais de mon mieux pour changer les pratiques avec des prestataires impliqués et vigilants, qui partagent mon sentiment et mon envie de lutter à notre échelle, sans oublier qu’on n’en est qu’un barreau…


J’arrive encore parfois à avoir des jours plus optimistes.


Et je vous remercie.


 

Livre de Christiane Singer "Eloge du mariage, de l'engagement et autres folies"
Eloge du mariage, de l'engagement et autres folies

Stand de Quorum au salon alternatif "L'Atelier Wedding Nantes" 2023



N'hésitez pas à cliquer sur ce dernier lien si vous souhaitez mieux me connaître et en savoir plus sur mon éthique professionnelle et mon positionnement de wedding-planner écoresponsable. Au plaisir de vous rencontrer, de découvrir votre projet et que, avec un peu de chance, nos flammes écoresponsables s’alimentent mutuellement pour faire toujours plus d’étincelles !

30 vues0 commentaire

Comentarios


Post: Blog2_Post
bottom of page