• Camille

Nom d'épouse... ou d'époux : toutes les options possibles après le mariage !

(et comment faire son choix)


Depuis des siècles, on a parfaitement intégré qu’une femme qui épouse un homme n’a que deux options si le couple souhaite porter le même nom : prendre le nom de monsieur, ou accoler les deux noms de famille (bien que ce dernier choix ne soit pas toujours très pratique ou très esthétique).


Du moins, c’est ce qu’on pense… Sauf que ce n’est pas tout à fait exact.


Rappelons d’abord que « changer de nom » après le mariage signifie en fait « prendre un nom d’usage ». Pour l’Etat Civil, votre nom de naissance est et restera toujours le même, mais dans la vie courante, vous pourrez ajouter un autre nom sur votre carte d’identité par lequel vous vous présenterez et ferez appeler: ce nom d’usage, c’est ce qu’on appelle par défaut le « nom d’épouse »…


Mais le saviez-vous ?


"Il est possible d'utiliser le nom de son mari ou de sa femme quel que soit son sexe. […] Que vous soyez un homme ou une femme, vous pouvez utiliser comme nom d'usage le nom de la personne avec qui vous êtes marié(e)." (source : service public)

Oui, vous avez bien lu : depuis 2006, la loi française à ce sujet est l’une des rares à être 100% égalitaire entre les hommes et les femmes !


Donc, non seulement prendre le nom de son époux n’est pas une obligation, mais si une femme peut bien sûr adopter en nom d’usage celui de votre époux, rien n’empêche que ce soit l’homme qui adopte le nom de sa femme.


Oui, madame, votre futur mari pourrait porter votre nom, devoir prévenir la banque de lui envoyer désormais son courrier à son « nom d’époux » et non plus à son « nom de jeune homme », et devoir justifier son identité dans les administrations par des pièces à VOTRE nom…


Oui, exactement comme des générations de femmes l’ont fait auparavant sans broncher (youpi)… Quelle chance !


Blague à part, puisque toutes les options sont finalement permises, ce serait dommage de ne pas au moins en discuter, en faire un sujet.


Je déplore en effet que, par poids de la tradition, très peu de futurs mariés prennent le temps de se poser la question et de se renseigner en amont sur les possibilités réellement permises par la loi concernant leur choix de nom de famille.


Pour ouvrir la discussion, voici quelques idées, critères et arguments pour vous aider dans votre réflexion et votre choix de couple, si vous avez envie de porter le même nom de famille après votre mariage.


Aucun de ces critères n’est plus important ou légitime qu’un autre, encore une fois, il s’agit simplement de pistes de réflexion… et la liste n’est pas exhaustive !



La rareté de votre nom


Votre choix peut se faire au profit de la sauvegarde d’un nom rare, en particulier si vous souhaitez le transmettre à vos enfants – et d’autant plus si vous êtes la ou l’une des seule(s) personne(s) de votre famille à porter ce nom et à souhaiter une descendance.


(c) Feather and Stone


Il existe des sites Internet qui permettent de connaître la popularité de son nom de famille, en donnant à la fois le total des naissances sous ce nom au cours des précédentes décennies, la tendance (croissante ou décroissante), et le rang occupé au niveau national.


Par exemple, mon nom de famille « Thomas » est sur le podium des noms de famille les plus répandus de France ; j’aurais eu bien du mal à invoquer cet argument pour convaincre mon futur mari de l’adopter… Bien que le sien soit à la quatrième position des noms les plus portés !


Bien sûr, si vous avez deux noms rares, la situation se complique…


Reste éventuellement l’option d’adopter les deux et surtout, de décider de l’ordre car le nom de monsieur n’est pas obligatoirement à placer devant celui de madame ; là encore, la parité est respectée !


La valeur affective et/ou symbolique


Votre nom de famille revêt une grande importance dans votre histoire personnelle, dans votre héritage familial, et il vous serait difficile de l’abandonner au profit de celui de votre conjoint ?


Encore une fois, l’adoption du nom d’usage reste facultative et vous pouvez tout à fait garder chacun le vôtre après le mariage.


Mais s’il est important pour vous également que vous portiez le même nom après le mariage, alors ce critère affectif mérite d’être entendu au moment de faire votre choix. Sentez-vous libre d’ouvrir le dialogue, pour ne pas avoir de regret quelle que soit la décision que vous prendrez finalement.


L’aspect esthétique et/ou sémantique


A l’inverse, si vous ou votre conjoint êtes mal à l’aise avec l’un de vos noms de famille parce qu’il a une consonance ridicule, une signification qui prête à moquerie, qu’il ne lui correspond pas, qu’il ne s’accorde pas bien avec votre (vos) prénom(s)…


Peut-être serez-vous tous les deux heureux d’adopter l’autre nom en usage !


L’importance de votre nom dans activité professionnelle


Si vous avez une activité entrepreneuriale ou libérale et que votre conjoint est salarié, il est à mon avis plus simple d’envisager de garder votre nom et de laisser votre amoureux prendre votre nom en usage.


En effet, une fois que vous êtes identifiée par votre clientèle ou patientèle, vos équipes et/ou fournisseurs sous votre propre nom, ce serait une tâche lourde et fastidieuse de les prévenir tous, d’une part, et de changer vos supports de communication, votre adresse e-mail (avec au passage une redirection pas toujours optimale), vos en-têtes ou cartes de visite… d’autre part.


C’est encore plus valable si vous avez une marque ou une société en nom propre : une fois identifiée et reconnue publiquement sous un nom, il serait vraiment compliqué de (re)construire une nouvelle identité et de regagner votre notoriété antérieure.


Votre engagement féministe


Après avoir passé en revue les critères précédents, vous ne parvenez à dégager aucune raison objective ou affective de prendre le nom de l’un plutôt que de l’autre ?


Votre conviction politique pourrait en être une !



C’est le choix que nous avons fait personnellement : le nom de famille de mon époux étant aussi banal que le mien, aucun des deux n’ayant à nos yeux de valeur affective particulière (même si bien sûr on aime très fort nos papas qui nous les ont transmis !) et n’étant pas handicapants au quotidien, nous avions le champ complètement libre pour choisir.


Alors, nous avons choisi le mien.


Par provocation, ont dit certains ; parce que « Pourquoi pas ? », préférions-nous répondre !


Depuis le départ, je l’assume, ce choix de prendre le nom de la femme plutôt que celui de l’homme avait un objectif : montrer simplement que c’est possible, permettre à la discussion de s’engager, ouvrir le débat parmi nos proches, planter une toute petite graine de réflexion dans les esprits…


Et j’ai globalement adoré les échanges et les débats avec nos proches qu’a permis d’ouvrir notre choix !


Pour une fois que la loi était en avance sur la tradition, nous souhaitions saisir l’occasion de faire évoluer (très modestement) la société vers plus d’égalité, avec un petit symbole qui ne nous coûtait absolument rien.


Ce dernier critère étant tout à fait personnel, au même titre que les critères de choix esthétique ou affectifs, je n’oblige bien sûr personne à faire de même ni à partager mon point de vue.


Mais après tout, « parce que c’est possible » n’est-elle pas une raison suffisante en soi, parfois ?


Bonus : conseil si vous souhaitez transmettre le nom de leur mère à vos enfants


Que ce soit pour des raisons affectives, de rareté, ou autre, si vous avez finalement envie d’opter après le mariage pour le nom de madame et que c’est important pour vous que toute la famille (et donc, votre (vos) enfant(s) à venir) le porte également, voici un petit conseil pratique.


Le formulaire de « déclaration conjointe de choix de nom de famille », en théorie obligatoire dans tous les cas et supposément remis par l’officier d’Etat-Civil au moment de la déclaration de la naissance, n’est dans l’immense majorité des cas jamais donné si vous omettez de préciser que le père a pris en usage le nom de la mère, et que vous souhaitez que ce soit bien celui-ci que porte aussi l’enfant.


En effet, la loi n’a pas suivi sur ce plan : dans le cas où cette déclaration n’est pas remplie et que les parents sont mariés, alors l’enfant portera automatiquement… le nom de son père.


La tradition a la dent dure : si vous choisissez de transmettre le nom de leur mère à vos enfants, soyez bien informés des démarches et autant que possible, notifiez-le clairement aux administrations!



Bilan


J’espère que cet article vous aura éclairé, qu’il vous aura appris des choses et surtout, aura ouvert la réflexion dans votre couple.


Au final, que vous alliez dans le sens ou à l’encontre de la tradition, l’important est toujours à mes yeux de pouvoir faire des choix libres, c’est-à-dire éclairés et conscients !


Enfin, il est à noter que la décision n’a pas forcément à être prise immédiatement : si vous ne vous posez finalement la question que quelques années après le mariage, vous pourrez quand même effectuer les démarches pour faire figurer votre nouveau nom d’usage (mais attention : le choix fait à la naissance des enfants est, lui, définitif).


Et vous, quelles discussions ce sujet a-t-il amené dans votre couple ? Comment s’est fait votre choix ?

 

Angers, Pays-de-la-Loire et Grand Ouest

06 75 82 45 33

Formulaire d'abonnement

  • Facebook
  • Instagram
  • Pinterest

N° SIRET : 850683202000 12

Conditions générales de vente

©2019 by Quorum (Camille THOMAS)