• Camille

L’implication et la place des hommes* dans les préparatifs de mariage

*Avertissement : cet article est hétéro-centré, notamment car il y est question d’habitudes et de traditions et que l’ouverture récente du mariage aux couples de même sexe en France permet peu de recul sur ces questions. Merci de votre compréhension !



Petits détails et grandes décisions… oui, messieurs, c’est (aussi) pour vous !


Faire la demande au moment opportun, choisir les vins, et enfin se présenter à l’heure le jour-J. Et voilà ! On a fait le tour des attentes en termes d’implication masculine dans les préparatifs de mariage.


Du moins d’après les dernières décennies de tradition.


Mais vraiment, est-ce là toute l’étendue des attentes qu’on a pour un futur marié au XXIème siècle? Heureusement, les lignes de la société actuelle bougent (bien qu’on puisse trouver ça encore un peu lent) en faveur d’une plus grande égalité, et à mes yeux, le secteur du mariage ne devrait pas faire exception.


(c) Adélaïde Photographe - Reportage complet


Car si force est de constater que les habitudes genrées ont la vie dure, il y a pourtant beaucoup à gagner à inclure davantage les hommes dans les préparatifs, au-delà de mieux répartir la charge mentale essentiellement féminine !


Car préparer son mariage transforme indéniablement un couple et les individus qui le composent: prendre des décisions, s’affirmer dans ses choix et sa personnalité, débattre avec sa moitié mais aussi ses proches… Cela va bien au-delà des aspects superficiels et permet de profiter pleinement de ces moments uniques, individuellement et à deux !


Et puis même… si eux aussi, les hommes, avaient le droit de se découvrir et/ou d’affirmer leur goût pour les aspects jugés « superficiels », par exemple la créativité des DIY déco, l’élégance des tenues ou le subtil langage des fleurs ?


Dans cet article, on démystifie les principaux freins à l’implication à part égale des hommes avec les femmes dans les préparatifs, et surtout : on s’encourage à les dépasser !



Mythe n°1 : « Son rêve » à elle, sa demande à lui…


Nombreuses sont les œuvres (films, romans, contes…) qui dépeignent les préparatifs de mariage comme la concrétisation d’un « rêve de petite fille »… Mais si on a bien des exemples en tête de princes charmants qui exaucent ce vœu, connaissez-vous une seule histoire où ce soit un petit garçon qui rêve du « grand jour » ?


Comme une évidence, on a aujourd’hui communément admis que ce serait la femme qui projetterait pendant des décennies « son » grand jour et tout le décorum, et l’homme qui, au mieux par amour ou au pire par lassitude, ferait sa demande pour combler ce désir, voire des attentes extérieures (sociales ou familiales).


Et pourtant… la tradition de la « demande en mariage officielle », directement importée de la pop culture américaine, n’a qu’une vingtaine d’années ! Jusqu’aux années 1930, c’était en effet une obligation légale en France de demander l’autorisation au père de la jeune femme car le mariage impliquait de « transférer l’autorité au mari » (brrr)… Mais dans les décennies suivantes, se marier devient simplement une décision commune du jeune couple.


(c) Olivia Poirier - Reportage complet


Et ce qui guide aujourd'hui la plupart des unions, c’est l’envie d’affirmer et de consolider ce souhait de construire quelque-chose ensemble. C’est donc bien une décision à deux ; alors pourquoi, dans bien des cas, ne pas être pleinement investis ensemble dans la préparation du jour-J ?


De plus en plus d’hommes parlent ouvertement de leur désir de paternité. De la même manière, je serais vraiment heureuse de constater que plus d’hommes s’autorisent à affirmer leur envie de mariage et d’engagement.


Car oui, je suis persuadée – à force d’en rencontrer de plus en plus – qu’ils sont plus d’un à avoir un rêve (même tout petit) d’engagement et de mariage en tête et à se dissimuler derrière « madame » pour se dédouaner d’un tel « romantisme ».


Visualisez cette image, même floue, qui vous vient lorsque vous pensez à votre journée de mariage : qui est présent ? Que faites-vous ? Quel est le cadre ? Il y a fort à parier que ce ne soit en tous cas pas une page totalement blanche…


A oser exprimer vos rêves, vos goûts, vos envies et vos idéaux, vous ne risquez pas grand-chose hormis de renforcer votre complicité et la qualité des échanges avec votre moitié… et avec vos prestataires !



Mythe n°2 : Les préparatifs de mariage ne sont pas des sujets « masculins »


C’est le moment de faire mon mea culpa : depuis le début de cet article, avez-vous remarqué que je dis principalement « ils », « eux », « les hommes » et rarement « vous », « messieurs » ? Et oui… j’adopte, en réflexe très bien conditionné, l’un des principaux codes du secteur : celui de m’adresser avant tout à des femmes (ici, donc, des lectrices).


La plupart des articles de presse ou de blog spécialisés sont genrés quasi-exclusivement au féminin (et pas que pour le mariage : sans remettre aucunement en cause leur qualité de contenu, mon mari est par exemple bien las de tomber en priorité sur des sites Internet intitulés « Femme-Actuelle » ou « Madame-Le-Figaro » quand il cherche des recettes de cuisine, ou encore « Magic-Maman » quand il se renseigne sur des articles de puériculture).


Il y a aussi une foule de petits détails gênants : des prestataires qui ne s’adressent qu’à madame durant les rendez-vous, des catalogues bien plus abondants pour les tenues et accessoires de mariéEs que de mariés…


(c) Olivia Poirier


C’est un cercle vicieux : les thématiques comme la décoration, les tenues, les fleurs, etc. sont largement connotés féminins dans notre société ; alors les entreprises interprètent cela comme une demande (et un marché) genrée, ciblent avant tout les femmes, et contribuent à écarter les hommes du sujet.


Comment alors reprocher aux hommes de ne pas s’impliquer dans des domaines quand on décide de ne tout simplement pas s’adresser à eux – ou de manière maladroite ?


Si nous, prestataires et/ou créateurs de contenu, étions vigilants à nos pratiques et à nos réflexes de langage stéréotypés, peut-être les hommes pourraient être bien plus nombreux à se passionner pour TOUS les sujets propres aux préparatifs de mariage !


(Et réciproquement : peut-être les femmes pourraient-elles aussi plus facilement se décider pour un lieu de réception avec salle de billard, ou être séduites par les véhicules de collection (après tout, un conducteur sur deux est bien une femme…), si elles n’entendaient pas d’emblée : « et pour le plaisir de monsieur… ! »)



Mythe n°3 : La femme décide


C’est une règle bien connue en marketing : il semble judicieux de cibler les femmes car elles détiennent le pouvoir de la décision d’achat dans 80% des cas (par ailleurs, elles sont ultra-majoritaires sur certains réseaux sociaux privilégiés du secteur du mariage comme Pinterest – et par exemple, 77% mes followers Instagram sont des femmes).


Dans l’esprit de beaucoup, si la femme attendait donc déjà que l’homme propose pour disposer (cf. mythe n°1), cela semble confirmer aux prestataires qu’il faut aussi s’adresser en priorité à elle pour augmenter les chances de conclure la vente… c’est bien cela le fameux « girl-power », n’est-ce pas ?


(c) Alice Emeriau


Et à partir de là, en toute logique, on entend souvent que la femme décide de « s’accaparer » les préparatifs… c’est notamment de là que vient la légende de la « bridezilla », cette appellation moqueuse pour désigner la fameuse « future mariée qui veut tout contrôler ».


Mais cette frénésie de contrôle (car elle existe malheureusement dans bien des cas) n’est pas, à mon avis, « naturelle » ni proprement féminine. Après des années à être socialisées pour prendre soin des autres et à entretenir cet « idéal de grand jour », je crois qu’elle cache plutôt un fait tout simple : ce sont surtout les femmes qui portent la charge mentale et affective du foyer, dont la préparation du mariage fait partie !


Bien sûr, de la même manière que pour les tâches domestiques, ça progresse : elles sont mieux réparties, les hommes modernes comprennent qu’ils ne sont pas des contributeurs mais des parties intégrantes du système familial… Cependant, il reste difficile de déconstruire intégralement cette vision et globalement, on reste souvent sur l’idée d’un chef des opérations et d’un exécutant, en particulier dans le cadre des préparatifs du mariage.


Et pourtant, à nouveau, de la même manière qu’on a bien compris aujourd’hui que ce n’est pas parce que les femmes adorent faire le ménage qu’elles ne laissent pas souvent aux hommes la possibilité de se saisir d’un aspirateur, je vous assure messieurs : ce n’est pas parce qu’elles ont déjà commencé le tableau Pinterest que vous ne pouvez pas l’utiliser aussi, et ce n’est pas parce qu’elles ont déjà pris contact avec des lieux de réception et des traiteurs que le choix est déjà fait et ne vous concerne plus !


Cela me semble une évidence mais ça fait toujours du bien de le dire (même pour ceux qui n’en doutaient pas). Et à nouveau, je suis heureuse de constater que dans la plupart des couples que j’accompagne, madame ne se contente pas de solliciter un avis ou un « coup de main » et monsieur se sent investi en tant que partie égale du couple !


(c) Alice Emeriau



Conclusion


J’espère que cet article aura ouvert, si vous en ressentiez le besoin, des occasions de dialogues avec votre partenaire, vos familles et/ou vos amis !


Avec l’amour au centre et l’envie partagée de se le témoigner comme motivation, nul doute que ces stéréotypes seront petit à petit dépassés et que les hommes et les femmes des générations actuelles parviendront à prendre leur place à part entière dans les préparatifs du jour-J !


Vous êtes au début, en cours ou dans la dernière ligne droite de vos préparatifs et vous souhaitez être soutenu(e)s et accompagné(e)s par une professionnelle de l’événement à l’écoute de votre projet de couple ? N’hésitez pas à découvrir toutes mes prestations !


48 vues2 commentaires