• Camille

5 idées reçues autour de la cérémonie laïque

Ou La cérémonie laïque expliquée à votre grand-mère



Bien que la cérémonie laïque se popularise ces dernières années (youpi !), elle reste encore assez méconnue et notamment parmi les anciennes générations.


De nombreux futurs mariés (ou parents, pour un baptême) se demandent donc comment leur choix de cérémonie laïque sera accueilli par leur entourage, qui n'est pas forcément familier avec le concept...


(c) Cathy Marion


Au moment d'envoyer les faire-part, faut-il glisser un petit mot explicatif avec l'invitation ou, au contraire, cela risque-t-il de dérouter davantage les invités ?


Et si on décide de se lancer dans une explication... Que dire ?


Il n'est pas forcément évident de décrire précisément le concept à celles et ceux qui n'ont jamais eu l'occasion d'y assister... et on risque de se heurter aux préjugés !


Par exemple : est-ce que "laïque" est synonyme d’"athée" ? Est-ce que ça ne va pas durer trop longtemps ? Est-ce que ce sera un moment très solennel ou au contraire, propice pour les diaporamas et les chansons parodiques ?


Si jamais vous décidez de vous lancer dans une explication, voici mes réponses à quelques idées reçues afin que vous puissiez clarifier les choses pour vos proches... voire, les rassurer !



Idée reçue n°1- Il n'y aura pas de place pour les croyances religieuses ni pour la spiritualité (laïque = athée)


FAUX !


La laïcité ne signifie pas que les convictions doivent être tues, au contraire : elle offre à chacun le droit de les exprimer de manière égale et respectueuse, qu’on soit croyant ou non-croyant.


La cérémonie laïque peut ainsi convenir à des couples athées ou agnostiques comme à des couples de croyances religieuses mixtes, ou encore si un seul des deux conjoints est croyant... et quelle que soit la religion ou la spiritualité (religion monothéiste, druidisme, chamanisme...) !


(c) Olivia Poirier


Si vous ne vous sentez pas du tout concerné(e)s par le sujet, alors en effet, il n’en sera pas question dans votre cérémonie.


Mais si vous le souhaitez, les questions de croyance peuvent être abordées par le couple, par l’officiant, ou par l'un des intervenants, et on peut leur donner une plus ou moins grande place en fonction de celle qu’elle prend dans la vie des concernés.


Des compromis peuvent facilement être trouvés en cas de croyances divergentes : par exemple, un couple ou une famille athée peut accepter qu’un proche croyant lise un texte issu du cadre religieux, qui porte des valeurs dans lesquelles le couple se retrouve, mais où ni "Dieu" ni ce qui s’y rapporte n'est mentionné explicitement.


Ce qui compte, c’est que chacun se sente respecté dans ses convictions et l’une des clés, pour cela, c’est une communication bienveillante en amont avec ceux qui seront amenés à prendre part à la cérémonie laïque.


A vous de décider de vos propres codes !



Idée reçue n°2- Ah oui, ce sont les cérémonies "à l'américaine !"


(PAS COMPLÈTEMENT) FAUX.


En parlant justement de codes…


Le concept de la cérémonie laïque de mariage vient en effet des USA, et beaucoup ont adopté les "codes" qu’on retrouve dans la culture pop : une belle arche fleurie au bout d’une allée de chaises blanches, en extérieur, au cours de laquelle on lit des discours et on exécute éventuellement des rituels symboliques.


(c) Adélaïde Photographe


Mais rien de tout cela n’est obligatoire et c’est la grande force à mes yeux de la cérémonie laïque : s'il y a bien sûr quelques conseils pratiques pour structurer l’écriture, la forme et le fond s’adaptent à la personnalité et aux envies de chacun !



Idée reçue n°3- Les invités qui n'ont pas les codes ne vont rien comprendre


FAUX !


Ils vont peut-être être surpris mais... ça ne devrait pas leur poser de problème !


C’est un autre aspect formidable de la cérémonie laïque : l’émotion unique qu’elle peut générer à chaque fois.


Certes, les codes et les symboles ne seront peut-être pas traditionnels, mais avec une trame qui vous correspond et des rituels chargés de sens propre à chaque histoire et à chaque projet de vie, portés par un officiant à l’aise, alors je peux vous l’assurer : d'expérience, l'adhésion des invités même les plus sceptiques sera remportée le jour-J !


Ma recommandation face aux éventuelles remarques dubitatives que vous pourriez rencontrer parmi vos invités à l’annonce, est de ne pas chercher à vous justifier et d’exprimer simplement cette confiance et cette joie qui est la vôtre de faire ce choix de cérémonie !



Idée reçue n°4- C’est solennel, on risque de s’ennuyer…


S'ennuyer ?? ARCHI-FAUX !


C’est une cérémonie : certes, les vœux ne sont pas prononcés devant une institution mais ça n’en est pas moins un moment intense, un engagement symbolique sincère et fort, qui représente beaucoup pour le couple et leur entourage.


Mais cela ne signifie pas que le ton doive être « sérieux », « pompeux » ni excessivement cérémonieux !


Il n’y a pas que les grandes déclarations solennelles : le rire, l'humour et la spontanéité sont des ingrédients qui, au contraire, permettent de varier l’énergie ; c’est important pour conserver un rythme et passer un moment aussi agréable qu’inoubliable.


Ceux qui vous connaissent bien ne devraient pas avoir trop de doutes sur la dose de dérision, d’anecdotes croustillantes ou au contraire, de sentiments intimes et de profondeur qui composeront votre cérémonie…



Idée reçue n°5- Je ne suis pas à l'aise à l'oral / en public, je ne pourrai pas intervenir dans une cérémonie laïque


VRAI… ET FAUX


Cela dépend en fait de plusieurs facteurs concernant la forme de la cérémonie.


D'une part, une cérémonie laïque peut s’effectuer en tout petit comité, voire uniquement à deux ; dans ces cas-là, la notion de "public" est à relativiser.


Si on nous propose de participer "en live" à une cérémonie laïque devant une audience plus large, en effet, il vaut mieux se sentir à l'aise sous les regards… en particulier s’il s’agit de lire un discours.


On peut opter pour une intervention qui nous angoisse moins que de prendre la parole, si c’est ce point en particulier qui pose problème : jouer de la musique, participer à un rituel collectif, amener un objet…


(c) Nicolas Blanchard


Enfin, l’officiant pourra trouver d’autres moyens de vous faire prendre pleinement part à la cérémonie si vous ne vous sentez vraiment pas de tenir de rôle "public" : transmettre une lettre, un enregistrement, ou préparer en amont un accessoire qui sera utilisé le jour-J mais que vous n’aurez pas à présenter ou à manipuler vous-même !


Encore une fois, comme pour les croyances, il s’agit de respecter les sensibilités et les zones de pudeur de chacun. Personne ne doit se sentir forcé à quoi que ce soit !



En pleine création de votre cérémonie laïque ? N’hésitez pas à lire mes autres articles de cette catégorie, ou à me contacter si vous souhaitez être accompagné(e)s dans la fabrication de ce beau moment !

41 vues0 commentaire