• Camille

Rapatrier sa cérémonie laïque à l’intérieur : astuces pratiques

pour tirer le meilleur parti de l’indoor



Un large ciel bleu parsemé de quelques nuages, 26°C, une brise délicate: voilà le temps idéal pour votre cérémonie laïque en extérieur ! Oui, mais voilà : on a beau espérer voire implorer la clémence de la météo pour le jour-J, rien ne la garantit


Chaleur étouffante, orages ou chute brutale des températures ; par superstition (pour ne pas se porter la poisse) ou par excès d’optimisme, trop de futurs marié(e)s préfèrent ne pas y penser. Malheureusement, faire l’autruche et refuser de se projeter sur le plan B ne le rend pas moins nécessaire en cas de temps défavorable.


Et si, au lieu de l’envisager comme une solution de repli de dernière minute pour laquelle se résigner à contrecœur, on s’attachait au contraire à faire de ce plan B une option tellement chouette… qu’il pourrait presque devenir le plan A ?!


Voici quelques astuces concrètes pour tirer le meilleur parti de l’indoor. La clé sera encore une fois l’anticipation… et l’imagination !


A moins bien sûr que vous n'ayez envie de ce genre d'image - certes très romantique !

(c) Shelly Pate



Faire un VRAI repérage de l’espace


Lors de votre visite, le propriétaire du lieu de réception vous a rassuré(e)s : vous aurez une dépendance attenante, un barnum ou une tente, une grange dans laquelle vous précipiter en cas d’intempéries. Il vous l’a montré de loin, a éventuellement ouvert un peu la porte pour que vous y jetiez un œil, tout le monde a dit « ouf, super ! » et est passé rapidement à autre chose de beaucoup plus intéressant – les extérieurs, la salle de réception ou la mezzanine pour les enfants.


Suffisant ? Erreur : il faut absolument vérifier que cet espace « de secours » ne sera pas juste un toit au-dessus de vos têtes et de celles de vos invités, mais bien un espace réellement adapté pour la cérémonie.


Car le jour-J ou la veille, il sera probablement trop tard pour s’inquiéter de son adéquation avec vos besoins !


Avec autant d’implication que vous le feriez pour votre salle de réception, checkez les principaux aspects techniques, notamment :


  • La superficie utile :

Vous n’aurez certainement pas en intérieur un champ de possible aussi vaste que l’espace que vous comptiez utiliser dehors : ce qui compte, c’est qu’il soit suffisant et notamment par rapport au nombre de personnes et au mobilier qu’il peut contenir.


A titre indicatif, pour être à l’aise, comptez 1m² par personne assise auxquels il faut ajouter des couloirs latéraux de circulation, éventuellement une allée centrale si vous aviez le projet de l’utiliser pour votre arrivée, et bien sûr, l’espace pour votre décor et vos interventions.



Demandez le plan ou prenez le temps de bien mesurer vous-mêmes l’espace réellement exploitable (ex. : alcôves, zones de stockage, toit en pente, cloisons…), car il peut être très différent de l’idée que donnait la surface au sol ! Faites un schéma à l’échelle qui inclus aussi les arrivées électriques, les ouvertures (portes, fenêtres), et dans lequel vous représenterez l’ensemble des assises, des éléments de déco, etc.


Vous vous rendrez alors mieux compte des contraintes de cet espace et de la façon de vous y adapter : par exemple, si l’espace est en longueur ou qu’il y a des zones de faible hauteur sous plafond, faudra-t-il retirer des éléments trop hauts ou larges, resserrer et/ou ajouter des rangs, etc. ?


  • Les contraintes techniques :


Faites aussi un point électricité : l’alimentation est-elle suffisante, facile d’accès en cas de disjonction ? Où sera branchée la sono ? L’éclairage sera-t-il suffisant en l’état, que ce soit pour l’assistance et pour les photos ?


(c) Adélaïde Photographe


Pensez à la circulation des personnes qui doivent se déplacer : photographe(s) et vidéaste(s) auront-ils assez de recul ; vos intervenants pourront-ils arriver facilement jusqu’au pupitre… ? Veillez à bien sécuriser les déplacements (voire définir des sens de circulation) : attention aux fils dans le passage si les branchements se font à l’entrée, à ne pas bloquer les issues de secours


Enfin, la qualité acoustique de la pièce est-elle convenable ? On y pense rarement, mais vigilance : il peut y avoir de très désagréables effets de résonance, et certains toits tout comme la toile de certains barnums peuvent s’avérer très bruyants s’il pleut !



Préparer un VRAI plan de repli


La logistique qu’implique un « déménagement express » sera bien sûr un peu différente s’il doit se faire la veille ou une demi-heure avant le début de la cérémonie, mais les grandes lignes restent les mêmes.


S’il s’agit « tout simplement » de vous rapatrier dans la salle de réception : cela sera-t-il réellement faisable si les tables et/ou le buffet sont déjà dressés ?


S’il s’agit d’investir un espace libre (grange, barnum ou autre), reprenez la trame de votre cérémonie et faites l’inventaire de ce qui peut être simplement déplacé tel quel ou, à l’inverse, sera à changer.


En principe, heureusement, il y a quand même beaucoup de choses qui peuvent être réutilisées, par exemple : le matériel des rituels, les assises des mariés, la sono… Si le bulletin météo est incertain à J-3, désignez des personnes précises de l’assemblée pour effectuer ce déménagement rapidement si besoin à la dernière minute ; pour une efficacité optimale, confiez précisément ce qui sera à emporter et par qui. Le jour-J, il n’y aura ainsi aucun flottement ni aucune question à se poser !


Miser sur les VRAIS atouts de l’intérieur !


Rapatrier sa cérémonie laïque en intérieur ne serait pas si compliqué s’il s’agissait simplement de rentrer le matériel.


(c) Lorenzo Accardi


Le principal enjeu, c’est qu’il y aura potentiellement des éléments de scénographie, des interventions ou des rituels qui ne pourront pas (a priori) se faire en intérieur. Par exemple, l’arrivée à cheval ou en barque, la pyrotechnie ou le lâcher de papillons, c’est canon en extérieur mais ça deviendra tout de suite difficilement voire plus du tout réalisable dans une salle ou sous une tente...


Là, il faut réinventer. Pour ces éléments qui ne peuvent être facilement adaptés aux contraintes de l’intérieur, le meilleur moyen de ne pas être déçu est d’avoir une solution de rechange radicalement différente. Et quand on est surpris, un peu en panique – et, de toute façon, un peu ému(e)s par le stress du « grand jour », l’improvisation n’est pas envisageable !


Comme d’habitude, n’hésitez pas à bien échanger en amont avec votre lieu de réception. Par exemple, à la place des bottes de paille que vous aviez prévu en assises pour vos invités et qui seront impossible à bouger, il sera bien de savoir que votre lieu de réception dispose (ou pas) dans sa remise de suffisamment de bancs.


Et au niveau de la scénographie, c’est le moment de changer les codes !


Par exemple, l’arche est utile pour diriger le regard dans un vaste espace mais elle devient moins indispensable à l’intérieur (en plus de devenir potentiellement encombrante, ou de ne pas aller dans le style de la pièce). A la place, si vous avez repéré dans cet espace intérieur un superbe élément architectural ou de mobilier qui serait insortable – comme une cheminée monumentale, un tableau ou une tapisserie, une fenêtre, alcôve ou un pan de mur vieilli… faites-en votre nouvelle base !


Enfin, c’est le moment d’en profiter pour tout miser sur des éléments qui ne fonctionnent en temps normal qu’en intérieur, notamment l’éclairage : bougies, guirlandes, etc. (avec accord du lieu encore une fois!). Se dire oui sous un immense ciel lumineux fixé à une charpente en bois, entouré de lanternes… promet d’être au moins aussi inoubliable que devant une arche fleurie sous un beau soleil !


(c) From The Daisies



Récap'


Anticiper permet de préparer des alternatives vraiment satisfaisantes « au cas où » ; savoir qu’on a une autre option tout aussi porteuse du sens et stylée évitera d’ajouter de la frustration à la (petite) déception (qui pourrait quand même persister) de ne pouvoir réaliser le plan A.


A retenir donc pour prévoir un plan B aussi bien que le plan A :

  • Faire un vrai repérage

  • Avoir un vrai plan de repli

  • Penser différemment pour libérer la créativité !



Même si je vous souhaite évidemment que la météo soit au beau fixe le jour-J, j’espère que ces conseils pourront vous être utiles si elle venait néanmoins à contrarier vos projets. Et si vous souhaitez être accompagné(e)s dans vos préparatifs, réaliser une visite technique avec l’œil d’une professionnelle et/ou bénéficier de davantage de recommandations et de bonnes adresses, n’hésitez pas à consulter toutes mes formules d’aide à l’organisation et à la coordination !


17 vues0 commentaire