top of page
  • Photo du rédacteurCamille

Discours, texte, rituel : réussir à s’exprimer sans stress à une cérémonie laïque

"Pour notre mariage, tu diras bien un petit mot ?"


Certains sont pétrifiés de trac à la seule idée de s'exprimer en public... alors les témoins timides, futur.e.s marié.e.s hypersensibles ou parents introvertis doivent-il se faire violence et prendre la parole coûte que coûte ?


Si on tient à saisir cette occasion de dépasser sa paralysie, comment se préparer à faire face à un auditoire ? Et si on n’y tient pas, dire (un texte, un discours, ses vœux...) est-il le seul moyen de transmettre un message ?


Envie de témoigner votre amour ou de passer un message malgré vos appréhensions ? Voici mes astuces et conseils pour réussir à envisager plus sereinement ce beau moment (valables pour une cérémonie laïque, mais généralisables au vin d’honneur ou à la soirée évidemment) !


(c) Olivia Poirier - 2020



Conseils pour la prise de parole individuelle à l’oral


Respiration, gestion des émotions… si vous êtes d’un naturel stressé ou émotif, vous pouvez d’ores et déjà vous tourner vers les outils de relaxation de manière générale.


Vous êtes déterminé.e à faire votre discours de témoin ou vos vœux de mariage mais vous ressentez juste un petit trac lié à l’importance de ce moment ? Plusieurs astuces de théâtre bien connues peuvent vous aider concernant la prise de parole en public, et notamment : le secret. Face au public, il s’agit de fixer votre regard sur un point précis au lointain, juste au-dessus du dernier rang. Vous donnez ainsi l’impression de vous adresser au public mais… vous ne risquez pas d’être déstabilisé en croisant un regard ou un sourire !


Si l’idée de vous adresser à l’auditoire vous paraît insurmontable, vous pouvez aussi choisir de vous tourner vers le ou les concerné(s) et vous focaliser uniquement sur votre lien. C’est particulièrement adapté si vous êtes le ou la marié.e au moment de prononcer vos vœux !


Enfin, dédramatisez : un trémolo dans la voix, voire une petite larme qui perle ? Ce n’est pas un drame, et au contraire je dirais même que c’est merveilleux ! Les êtres humains sont faits pour le partage et l’émotion, et si on n’a pas le droit d’être touché en déclarant son amour ou en évoquant des moments forts vécus avec des êtres chers, alors quand ?


(c) Pauline Lecomte - 2022



Des moyens détournés (l’écrit, le collectif…)


En effet, quand on pense discours, poème ou texte, on envisage l’oral… mais on peut tout à fait choisir l’écrit !


Le message peut être passé discrètement, par exemple sous forme de lettre dans une enveloppe ou tracé en dédicace d’un livre offert… Une de mes techniques préférées pour les mariés qui ont envie d’échanger des vœux, mais pas de les partager publiquement (quelle que soit la raison : peur du jugement, d’être submergé d’émotion, pudeur…) : se remettre des lettres pendant la cérémonie et les ouvrir en tête à tête ! En fonction du contexte, on peut le scénographier différemment et même se servir de ce moment pour introduire joliment un rituel collectif comme dans cet exemple de vraie cérémonie réalisée en 2022.


A l’inverse, le message peut être affiché à la vue de tous : écrit sur un panneau, un miroir, ou un élément de la décoration par exemple. Vous pouvez aussi utiliser des livrets de cérémonie, en combinant ou non avec l’oral pour une cérémonie bilingue par exemple, vous pouvez ainsi partager un texte et sa traduction !


(c) Lumières d'Alice (à gauche) & Nicolas Meurillon (à droite) - 2022


Associer l’écrit et l’oral peut être adapté notamment aux interventions des enfants : un poème ou un petit mot écrit sur un joli papier (ou un dessin) peut être remis par l’enfant à la personne à qui il est destiné, pendant que le parent ou un adulte de confiance le récitera à ses côtés. Une solution qui résout le dilemme des petits sensibles, souvent partagés entre leur envie d’être associés aux beaux moments et le côté intimidant de l’événement.


Et parce que la force du collectif n’est pas réservée aux enfants, vous pouvez choisir de vous regrouper : à deux, trois… Ou même à toute l’assemblée, en choisissant par exemple d’interpréter une chanson en commun (pensez à imprimer et distribuer les paroles en avance) !



D’autres modes de participation


Enfin, ceux qui ne se sentent pas du tout inspiré par l’expression verbale (écrite ou orale) peuvent choisir d’utiliser des moyens d’expression différents, qui leurs correspondent davantage.


La musique est à mes yeux LE langage universel (c’est notamment le mode préféré d’expression de mon frère, autiste peu verbal), et beaucoup de moments se prêtent à un intermède musical si on ne souhaite pas « performer » devant un public : l’entrée, l’échange des alliances ou la sortie des mariés (l’attention sera alors principalement dirigée vers eux), un temps méditatif ou de recueillement...

(c) Lumières d'Alice - 2022


L’intention peut aussi passer par ce que j’appelle le « geste symbolique », qui peut être fait là encore de manière plus ou moins appuyée.


Par exemple, allumer une bougie, apporter les alliances ou un objet, prendre part à un rituel des rubans ou de l’arbre… Là encore, ce sont des façons de participer accessibles à un enfant qui ne saurait pas encore lire ou aurait de la difficulté à réciter par cœur.


Enfin, si le regard des autres est vraiment un problème insurmontable, je tiens absolument à rappeler deux choses :

D’une part que les témoignages d’affection n’ont aucune obligation d’être publics, et que vous pouvez tout à fait choisir un moment intime pour échanger quelques mots ou transmettre un objet symbolique important qui n’a, lui non plus, pas forcément besoin d’être ostensible (une photo à glisser dans votre poche de veste, un bijou de famille à porter le jour-J...).

Et d’autre part, qu’il n’est JAMAIS bon et encore moins obligatoire de se forcer à aller contre sa nature profonde, quelle que soit la force de cette affection. Parlez-en si possible aux concernés pour expliquer les raisons éventuelles de votre refus de participer à leur cérémonie.



En conclusion


Qu'il passe par l'oral, l'écrit, la musique, la transmission d'objet, le rituel symbolique, ou par un simple geste et un regard ému, l'amour trouve toujours sa voie. Dans tous les cas, mon travail d'officiante de cérémonie laïque est toujours le même : comprendre, accompagner, proposer et adapter !


Pour aller plus loin, n’hésitez pas à lire mes autres articles conseils autour de la cérémonie laïque ou à me contacter pour échanger autour de vos idées et vos envies pour ce moment unique.

94 vues0 commentaire

Comments


Post: Blog2_Post
bottom of page