• Camille

« Ça rendait mieux sur la photo ! » - Les secrets déco et scénographie (shooting d’inspiration)

Mis à jour : sept. 4

Qu’elles sont belles, toutes ces photos qui tournent sur les réseaux sociaux : tablées aussi somptueuses que conviviales, compositions florales à la fois chic et luxuriantes, maquillages iridescents et robes surnaturellement bien coupées…


Elles vous font rêver ? C’est normal : c’est exactement pour cela qu’elles sont faites ! Dans le milieu, ces séances photos spécialement prévues pour vous inspirer s’appellent, en toute logique : des « shootings d’inspiration ».


Pour vous, futurs mariés, c’est une mine d’idées à « piquer » pour votre propre événement. Ne vous en privez pas : prenez, gardez, jetez, adaptez, reproduisez, dérivez…


…Et relativisez !


Car parfois, alors que vous pensiez avoir suivi à la lettre les étapes du tutoriel pour reproduire chez vous cette si belle composition de table ou cette coiffure, vous êtes un peu déçu(e) du résultat ; pourquoi cela ne rend-il « pas pareil en vrai » ?


Parce que, ce qu’on oublie souvent un peu vite, c’est que même pour les ambiances dites « lifestyle », « spontanées » et qui se revendiquent non composées, chaque image livrée a été profondément travaillée (puis, éventuellement, retravaillée) ! Il faut bien se dire que c’est le cas pour tout shooting d’inspiration ; une certaine dose de mise en scène est inévitable.


Alors, est-ce qu’on vous ment ? Non, car au fond, le but est clair (et vous n’êtes pas vraiment dupe) : ces images visent simplement à proposer des tendances, des idées, des envies. Des émotions. Et, en shooting d’inspiration comme au théâtre, l’émotion est bien réelle ! C’est la réalité, mais sublimée.


Or, donner à une image une allure naturellement époustouflante demande en réalité énormément de préparation… et quelques conditions particulières et astuces de pro, qui sont souvent un peu différentes de celles qu’on peut utiliser pour un « vrai » reportage de mariage.


Quels sont justement ces secrets du shooting d’inspiration ?


Un shooting d’inspiration, de l’autre côté de l’objectif


Grâce à mon activité parallèle de modèle photo amateur, que je pratique juste pour le plaisir depuis quelques années, j’ai justement eu la chance de participer avec mon mari le 29 avril dernier à un sublime shooting d’inspiration au Château de la Chevrollière, en Mayenne.


(c) Emilie Bernard


Je n’y jouais aucun rôle d’organisation, j’ai simplement profité de l’expérience… Et observé !


Car cette journée exceptionnelle, qui réunissait près de 20 personnes (!), a été follement riche en échanges, en émotions… Et en découvertes.


Ce sont quelques-unes de ces découvertes que j’ai désormais envie de vous partager, pour vous permettre de mieux comprendre les particularités du shooting d’inspiration, et de ne pas vous arracher les cheveux à la livraison de vos photos de mariage en constatant que le résultat n’est pas conforme à vos favoris Instagram et Pinterest.


Je vous propose donc de me suivre dans les coulisses d’un shooting d’inspiration mariage… Et ce qui le rend unique et différent d’un reportage de « vrai » mariage !


(c) Emilie Bernard


Secret n°1 – Composer un décor n’est pas décorer une salle

(ou : la scénographie et la disposition des éléments sont pensés exclusivement pour l’image)


Certes, le domaine du Château de la Chevrollière est superbe, et dégage en lui-même une atmosphère authentique. Beaucoup de mobilier d’époque se trouvait sur place, les accessoires ont été choisis avec soin pour respecter cet esprit d’antan. Sur cette base, il a tout de même fallu user de quelques astuces pour composer de belles images, comme on compose une poésie.


- Le mobilier


A la différence d’un mobilier qu’on aurait choisi pour un « vrai » mariage, on a ici pu utiliser certains meubles qui ne seraient pas appropriés pour être « réellement utilisés » mais qui « rendent mieux » en photo.


(c) Emilie Bernard


Vous voyez cette petite chaise ? Dans son boudoir, il serait impossible à une mariée de s’y asseoir pour véritablement se préparer. Mais, grâce justement à son assise très basse, elle laisse parfaitement voir le reste du décor. C’est donc un choix purement esthétique de notre part, et il est clair qu’on ne ferait pas le même si on se trouvait également dans une visée pratique.


(c) Loïc Pierrois


De même, vous pouvez remarquer que la vasque n’est reliée à aucun tuyau…


Et ne parlons pas de la tablette de marbre du coin du marié, qui n’était pas vraiment en état pour une utilisation en conditions réelles.


Mais dans un décor de photos, ces éléments bien qu’inutilisables sont de véritables bijoux !

Or, s’il est possible de faire cela par petites touches et par moments au cours d’un vrai mariage, l’aspect logistique, incontournable, doit tout de même primer quand il s’agit de recevoir 50, 100 ou 300 convives…


Quand vous voyez une photo sublime, projetez-vous à l’intérieur « comme si vous y étiez » et demandez-vous comment vous interagiriez avec les différents meubles et accessoires : vous pourriez vite réaliser à quel point la mise en scène n’est en fait pas pratique du tout !


Cela va donc de soi : pour votre vrai événement, choisissez donc des chaises sur lesquelles il est possible de s’asseoir si telle est leur destination, et ne recouvrez pas totalement le sol de votre salle de bal de pompons en crépon ou de mousse végétale si vous voulez réellement que vos invités y accèdent.


- Les accessoires


Backstage - (c) Emilie Bernard


Il en va de même pour la disposition des éléments. La styliste, Emilie, a non seulement créé la robe de la mariée et les tenues des demoiselles d’honneur, et est également restée pour rechercher avec nous la meilleure façon de mettre en valeur les matières qu’elle connaît mieux que personne. Cela fait partie des détails qu’on peut réajuster constamment sur un shooting d’inspiration, mais clairement pas sur la totalité d’un reportage de mariage !


Sur une photo de vous en mouvement naturel, le rendu de votre tenue ne sera jamais semblable à une image de catalogue. Votre robe, votre accessoire ou votre coiffure n’en sera pas moins belle, mais le rendu figé ou en mouvement peut être très différent. Gardez cela à l’esprit pour ne pas risquer de déconvenue si vous commandez par exemple sur catalogue…


Secret n°2 – La journée ne se déroule pas dans l’ordre

(on suit les éléments naturels - lumière, végétaux…)


La matière première des photographes est la lumière : leur travail est en quelque-sorte de la sculpter. Angle, intensité, ombres… Ils sont sensibles à toutes ses variations et subtilités.


La lumière, pour ce shooting, était exclusivement naturelle. Mais la nature est parfois capricieuse… Il faut donc savoir être patient pour obtenir LES conditions parfaites. Avec Emilie et Loïc, nous l’avons tant été que nous avons (largement) dépassé l’heure prévue de fin de shooting !


Cela en valait clairement le coup.


Mais attendre plusieurs dizaines de minutes que le soleil se couvre ou se découvre n’est pas forcément possible pour un mariage en conditions réelles ; on ne voit pas monsieur ou madame le maire accepter que vous patientiez un quart d’heure sur le parvis que le nuage passe ou revienne pour faire votre sortie, parce que votre photographe préfère…


Backstage - (c) Emilie Bernard


(c) Loïc Pierrois


(c) Loïc Pierrois


Quant à la mise en place, si elle peut se faire la veille voire quelques jours avant selon les modalités prévues par les lieux de cérémonie et de réception, il est rare que vous ayez, pour un vrai mariage, 3 fleuristes qui, comme ceux de Maison Flores, en plus d’avoir commencé à installer la veille les créations qu’ils ont conçues au cours des semaines passées, restent tout au long de la journée et se relaient pour garder les végétaux frais et continuer de les mettre en place au moment propice (avant de les désinstaller immédiatement, et jusque tard dans la soirée).


Ici, c’était le cas parce qu’il s’agissait pour eux d’une opération de visibilité dont ils étaient aux commandes. Mais je ne pense pas que, pour un vrai mariage, on puisse disposer d’une équipe de fleuriste constamment en train de créer et d’orner en temps réel les différentes pièces de votre château (même si, c’est vrai, ce serait le top – et certainement que ce serait aussi hors de prix).


Backstage - (c) Emilie Bernard


(c) Loïc Pierrois


Secret n°3 – On n’a pas peur de forcer la dose

(pour un résultat quand même naturel)


- Les poses


Face caméra, (légèrement) de côté, vers le bas, vers le haut : chaque attitude, chaque geste, chaque regard a en réalité été guidé au millimètre ! C’est le résultat d’une écoute constante et réciproque entre modèle et photographe, qui demande aux deux d’être rompus à l’exercice.


Souvent, si une pose peut avoir été proposée spontanément, il faudra quand même la tenir plusieurs minutes. On en profitera alors pour tenter de micro-variations de direction de regard, d’ouverture des doigts, d’orientation du visage… Et il ne faut pas arrêter de respirer, ni d’exprimer une sincère émotion pendant ce temps !


Poser, c’est un vrai jeu d’acteur ; c’est très intense, passionnant quand on aime ça… mais ce n’est (heureusement) pas la priorité pour un vrai mariage ! Quand vous vous mariez, au contraire, à ce moment-là, vous n’êtes pas dans une circonstance où on peut vous demander le moindre effort, mais dans un moment unique dont vous n’avez qu’à profiter en oubliant le reste du monde !


Alors peut-être que, quand vous sourirez sur vos photos de mariage, vous aurez un peu plus de ride au coin de l’œil qu’un modèle photo, voire qu’un mannequin, ou qu’on verra un peu votre double menton : mais votre but n’est certainement pas de correspondre aux canons esthétiques des tendances du moment… Votre but est de vivre, tout simplement – et la vie, la vraie, celle qui vous remettra la larme à l’œil dans 5, 10 ou 50 ans, est d’autant plus belle avec des imperfections.


- Le maquillage


Cela a nécessité deux heures de préparation pour rendre mon maquillage à la fois plus travaillé et beaucoup, BEAUCOUP plus intense qu’un maquillage de jour, et même… qu’un maquillage de soir !


Jade a réellement fait un travail d’artiste ; comme un peintre, elle a mélangé les couleurs mais aussi les textures pour travailler toutes les parties du visage. Rien que pour le fond de teint, elle a créé sur-mesure trois types de produits aux épaisseurs, couvrances et teintes différentes en fonction des zones de mon visage (par exemple, une texture plus légère pour mon nez et mes pommettes afin de ne pas dissimuler mes tâches de rousseur).

Backstage - (c) Emilie Bernard


Emilie, la photographe, m’a confié une mise en garde qu’elle fait à certaines de ses mariées à la personnalité affirmée, avec qui elle a l’habitude de travailler : « Si vous voulez que votre smocky-eye pourpre ultra-rock ressorte sur les photos, il faut vraiment, vraiment forcer la dose que vous auriez utilisé même pour une soirée ; sinon, vous pourrez être déçue du manque de vivacité du résultat sur photo… »


(c) Emilie Bernard

(c) Emilie Bernard


Voilà, vous êtes prévenu(e) : ça choquera peut-être votre future belle-maman, mais si vous avez l’envie d’un résultat « comme sur la photo » pour votre maquillage, il va falloir vider la palette ! Et surtout, il faudra peut-être prévoir (beaucoup) plus de temps que vous n’aviez pensé au départ.


Secret n° 4 – ça n’inspire pas que vous !


Enfin, les maîtres mots de cette journée ont été professionnalisme… et plaisir !


Avec le reste de l’équipe, on espère vraiment que vous êtes subjugué(e)s autant que nous par l’harmonie et la douce énergie qui se dégagent de ces images ; parce qu’en coulisse, c’était la même chose (quoiqu’en mouvement constant) !


Même si dans le cas présent nous étions tous bénévoles sur le projet, chacun s’est dévoué avec son professionnalisme habituel, notamment :


- Les propriétaires du Château de la Chevrollière et leur famille, qui ont préparé les lieux en amont et ont consacré la journée à nous accueillir ;

- Les trois fleuristes, Hélène, Marion et Frédéric de Maison Flores, qui ont également tout organisé et supervisé ;

- Les deux photographes, Emilie et Loïc, qui n’ont pas arrêté du matin au soir de non seulement soigner leurs angles, leur éclairage… et de nous mettre à l’aise ! Et ont ensuite dû trier 1475 photos déclenchées pour Emilie et près de 1200 pour Loïc (avant de les retoucher en environ 35 heures de travail, d'après l'estimation de ce dernier) !

- La créatrice de papeterie, Angéline de Spiritus Naturae ;

- La styliste, Emilie de Un Soupçon d’Emilie ;

- La fée-maquilleuse, Jade ;

- Les quatre modèles : un couple (mon mari et moi), et 2 demoiselles d’honneur (même si bien sûr, pour elles, c’était un jeu d’enfant et non un projet professionnel, elles ont quand même été très appliquées !) ;

- Et « last but not least » : nos deux amis « baby-sitter » pour notre fils de quelques mois, qui nous a accompagnés toute la journée !


Backstage - (c) Emilie Bernard


Même si, je le rappelle, j’étais présente en tant que modèle, j’ai bien sûr profité de cette journée pour nourrir le projet de Quorum. Car pour nous, professionnels du mariage et des événements en général, ces rencontres sont très riches sous de multiples aspects : cela nous permet de nous tenir au courant (voire d’initier !) des futures tendances ; de construire notre réseau ; de nous rencontrer, de nous connaître et de nous faire connaître…


Mais aussi, de nous faire rêver entre nous en admirant les savoir-faire des autres, de nous inspirer mutuellement, de partager nos expériences, de faire évoluer nos visions de l’événementiel…


A ce propos, on a par exemple pu aborder la grosse « vague écolo-éthique » qui arrive sur notre secteur, et les risques inhérents de « green-washing » qu’elle véhicule avec elle (je vous renvoie à cet article si vous souhaitez en savoir un peu plus à ce sujet). En discuter avec d’autres « artisans du mariage » permet de sentir, chez eux, la sincérité ou non de leur démarche (je vous rassure : sur ce shooting, AUCUNE mauvaise surprise de ce côté-là !)


Enfin, même si je ne peux évidemment le faire pour tous ceux que je rencontre, passer sous la houlette de ces prestataires « en action » m’a permis, en tant qu’organisatrice, de connaître leur VRAIE façon de travailler (et pas seulement ce qu’ils en disent, ni le résultat en photo de leurs réalisations). Par exemple, si à talent égal je dois vous conseiller un photographe pour votre mariage, je sais qui vous recommander d’Emilie ou de Loïc selon que vous préférez quelqu’un qui vous fasse « dépasser vos limites » ou qui se fasse oublier comme par magie même s’il est à 50 centimètres de vous.


Backstage - (c) Emilie Bernard

Backstage - (c) Emilie Bernard


Conclusion


Un shooting d’inspiration, ça inspire donc les futurs mariés… autant que les organisateurs !


Bonus : à la fin de la journée, on partageait avec mon mari un même sentiment ; celui d’être retombés amoureux comme au jour de notre mariage…


Avec l’alchimie de leurs talents, tous ces pros nous auraient presque donné envie de renouveler nos vœux sur le champ !

Backstage - (c) Emilie Bernard

Backstage - (c) Emilie Bernard


Ou d’organiser un shooting d’inspiration « Made In Quorum » ?... A suivre !



 

Angers, Pays-de-la-Loire et Grand Ouest

06 75 82 45 33

Formulaire d'abonnement

  • Facebook
  • Instagram
  • Pinterest

N° SIRET : 850683202000 12

Conditions générales de vente

©2019 by Quorum (Camille THOMAS)