06 75 82 45 33

N° SIRET : 850683202000 12

Conditions générales de vente

©2019 by Quorum (Camille THOMAS)

 
  • camillethomas

Anti-résolution écologique n°2 : N’écoutez pas (trop) les autres !

Série "Les 3 anti-résolutions écologiques pour lâcher-prise en 2020" : Partie 2/3


Comme on l’a vu dans l’article précédent, ne pas se rajouter d’objectif particulier en 2020 est un premier choix judicieux si, comme beaucoup de personnes aux convictions fortes, vous risquez à tout moment le burn-out écologique.


Et aujourd’hui, pour aller encore plus loin que ce principe de ne rien ajouter à votre fardeau, la recommandation que j’ai envie de vous faire est de ne pas (trop) se remettre en question.


Anti-résolution n°2 : Ne vous remettez pas (trop) en question


Mieux vaut fait que parfait better done than perfect » comme disent les coaches de vie américains !) : pour ne pas se ronger d’angoisse et de sentiment de culpabilité, il peut être sage en effet de ne pas (trop) laisser questionner ce que vous avez déjà mis en place.


Qu’on se comprenne bien : être capable de se remettre en question est une immense qualité – et si elle fait partie des vôtres, je ne vous demande surtout pas de l’abandonner pour devenir à l’inverse un être aveuglé de certitudes.


Mais se remettre en cause en permanence ne s’inscrit pas toujours dans une démarche saine… et la place de la comparaison aux autres n’y est, à mon avis, pas pour rien.


Ce que je veux dire par là, c’est qu’il est bon de rester ouvert… mais pas aux critiques gratuites.


L’être humain est un animal social, qui grandit et s’enrichit de ses rapports aux autres… en principe.


Cependant, s’il serait à la fois impossible et absurde d’arrêter totalement de prendre en compte l’avis des autres, gardez à l’esprit que vous êtes libres de refuser les avis non-sollicités que vous êtes amenés à recevoir (que ce soit à propos de vos convictions, vos choix, votre mode de vie…).


A ce titre, la critique est extrêmement importante et il faut y rester ouvert, à condition qu’il s’agisse bien de critique !


Car l’attaque étant souvent la meilleure des défenses, certains n’hésitent pas à remettre en cause tous vos faits et gestes dans une seule optique : ne surtout pas questionner les leurs.


A ce moment-là, la « critique » n’a pas pour but de vous aider à vous améliorer mais au contraire, de justifier par vos contradictions, paradoxes, imperfections (réels ou supposés) qu’il est inutile de chercher à progresser tout court.


Si vous avez malgré tout pris une ou plusieurs résolutions en début d’année, votre risque d’échouer (très probable puisqu’en fonction des études, on estime qu’environ 90% des Français en prennent, mais que moins de 10% les tiennent au-delà du 1er février…), s’accompagne donc de celui de ruiner les efforts déjà accomplis par une pensée contre-productive, liée à la chute de l’estime de soi : « à quoi bon ? ».


A ce compte-là, autant se rouler en boule, et attendre que cela passe...


Ce sentiment de « à quoi bon » est exactement ce qu’un détracteur peu enclin au changement, qui se cherche lui-même des excuses pour rester dans son immobilisme, a intérêt à vous faire ressentir.


Protégez-vous au maximum de ce genre d’échanges stériles.


Si au cours d’une conversation ce sentiment vous envahit, c’est que vous n’êtes probablement pas en train de débattre de façon constructive ; vous avez plutôt face à vous un adversaire déterminé à vous déstabiliser et non un être sincèrement ouvert à l’échange de points de vue.


Alors au besoin, si vous vous retrouvez engagé(e) malgré vous dans une telle situation, rien de tel pour couper court (outre se boucher les oreilles et tourner le dos) que de renvoyer la balle à votre interlocuteur en utilisant le même procédé que lui : le raisonnement par l’absurde (puisque je rappelle que, selon son argument, si la perfection est inaccessible, alors il ne faudrait rien essayer d’améliorer du tout).


On vous rétorque par exemple que « la vaisselle lavable, ça consomme de l’eau quand même » ? Au lieu de vous épuiser à expliquer que la production d’articles jetables demande souvent plus de ressource en eau, répondez que c’est vrai. Et que c’est pour ça que vous êtes ravie qu’il propose si gentiment de faire le tour du site pour ramasser les gobelets et gérer l’évacuation de toutes les poubelles à la fin de la réception.


C’est vraiment un invité en or que vous avez là, heureusement qu’il vous a ouvert les yeux sur les avantages du jetable !


Alors, convaincu(e) de l’importance de se faire confiance et de se préserver ?


L’anti-résolution de demain viendra parfaire cette thématique avec une petite dose supplémentaire d’égoïsme… utilisé à bon escient !


A très vite !